Lundi, août 24, 2020

Un cheval logé à l’hippodrome de Leamington a été testé positif pour la gourme. Ce cheval avait auparavant été testé négatif mais avait été en contact avec le cas original de Leamington. Le cheval a été confiné lorsque des signes cliniques ont été constatés pour la première fois et a été emmené dans un centre d’isolement ce matin.

Il n’y a pas de preuve de transmission au-delà de ce deuxième cheval et les chevaux sont suivis de près depuis que la gourme a été décelée pour la première fois. Des mesures sont en place pour surveiller étroitement la santé des chevaux à Leamington et une zone d’isolement a été mise à disposition dans l’établissement. Les chevaux sur la propriété ont été identifiés comme « groupe de surveillance de santé élevée », où la surveillance et l’enregistrement des températures au moins deux fois par jour et des autres signes cliniques de la gourme doivent se poursuivre.

Lors de discussions avec le chef des services vétérinaires de la CAJO, le Dr Adam Chambers, le Dr Scott Weese de l’université de Guelph et le Dr Bernard Ferguson, vétérinaire de Leamington, un plan a été convenu concernant les chevaux de l’écurie concernée.

Les chevaux de cette écurie devront présenter des résultats de tests négatifs pour être autorisés à courir ou à se qualifier. Le cheval positif devra subir trois tests négatifs sur une période d’au moins deux semaines, tandis que les autres chevaux devront subir un ou deux tests négatifs, en fonction du risque d’exposition.

Les courses à Leamington peuvent se poursuivre avec les mesures de biosécurité appropriées en place.

Les chevaux des deux autres écuries de Leamington peuvent courir et se qualifier, mais les entraîneurs et les responsables de l’hippodrome doivent surveiller et enregistrer les températures deux fois par jour, ainsi que les autres signes cliniques de la gourme.

La gourme est une infection très contagieuse et grave des chevaux et autres équidés, causée par la bactérie Streptococcus equi. Le risque zéro n’existe pas. On la trouve chez les chevaux de course, y compris ceux qui n’ont pas été exposés aux cas positifs connus. Il est rappelé aux éleveurs de chevaux de rester vigilants et de mettre en place des mesures de biosécurité appropriées, et de consulter leurs vétérinaires pour obtenir des conseils.

Pour plus d’informations, veuillez consulter les avis à l’industrie (lien ci-dessous).

La CAJO suivra la situation et tout nouveau développement sera signalé.

Pour plus d’informations

Professionnels du cheval :
Dr Adam Chambers
Chef, services vétérinaires
289-237-3922

Renseignement pour les médias :

RESSOURCES SUPPLÉMENTAIRES

Cette page était-elle utile?

Aidez-nous à améliorer le site Web de la CAJO en répondant à ce sondage.