Jeudi, mars 18, 2021

Les autres évaluations d’aptitude au travail qui ne nécessitent pas le prélèvement d’un échantillon biologique seront également poursuivies.

En guise de mise à jour de l’avis de l’industrie de mars 2020 sur l’utilisation de l’alcootest, la CAJO a élaboré une mesure provisoire visant à intégrer un autre outil pour maintenir le Programme d’intervention contre la toxicomanie, afin de garantir la sécurité durant la pandémie de COVID-19.

Les jours de course, le personnel de l’hippodrome ou de la CAJO fait passer un test pour mesurer l’alcoolémie chez les personnes qui occupent des postes essentiels pour la sécurité, y compris les conducteurs, les jockeys, les aides-jockeys et le personnel d’entretien des pistes. Toutefois, le prélèvement d’échantillons biologiques tels les échantillons d’haleine peut entraîner un risque de transmission de la COVID-19. En mars 2020, cette pratique a été arrêtée temporairement, mais la CAJO s’est engagée à surveiller la situation et les procédures et outils utilisés dans des programmes similaires.

Par conséquent, à compter d’aujourd’hui, la CAJO intégrera l’utilisation de bandelettes de tests d’alcoolémie pour déterminer la présence d’alcool chez les titulaires de permis occupant des postes sensibles sur le plan de la sécurité. Un test positif, réalisé à l’aide de cet outil, entraînera les mêmes sanctions que celles prévues pour un test positif réalisé à l’aide d’un alcootest standard. Les titulaires de licence sont tenus de suivre les instructions des personnes chargées de la mise en œuvre du programme, faute de quoi ils seront pénalisés en cas d’absence de test, y compris par une suspension immédiate. Les responsables de la CAJO poursuivront également les évaluations d’aptitude au travail qui ne nécessitent pas le prélèvement d’un échantillon biologique.

Les participants aux courses de chevaux sont toujours tenus de se présenter au juge de paddock ou au préposé au pesage. On leur posera des questions et on surveillera les signes d’ivresse. Toute personne présentant des signes d’ivresse sera dirigée vers les officiels de courses. Toute personne montrant des signes potentiels d’affaiblissement des facultés sera référée aux officiels de la course. En outre, les officiels de la course de la CAJO sélectionneront au hasard des participants à la course qui devront se présenter, selon les instructions, pour un test d’alcoolémie à l’aide des bandes de test d’alcoolémie. C’est aux officiels que reviendra la décision finale d’accepter ou de refuser que la personne participe aux course.

La CAJO examine activement les règles et règlements de l’Ontario sur les courses de chevaux afin de s’assurer que des mesures responsables sont prises pour aider à contenir la propagation de la COVID-19 et continuera à surveiller la situation pour déterminer combien de temps cet outil sera utilisé. L’organisme de réglementation consulte également les responsables de la santé publique, ainsi que d’autres territoires de compétence en matière de courses, afin de déterminer si d’autres mesures sont justifiées.

Avis à l’industrie des courses de chevaux : La CAJO suspend temporairement les tests d’alcoolémie en raison de la COVID-19

Cette page était-elle utile?

Aidez-nous à améliorer le site Web de la CAJO en répondant à ce sondage.